Les retraites en Europe : une pyramide de Ponzi

En 1920, Charles Ponzi trouve le secret de la richesse : contre un investissement financier, il promet à son client de doubler sa mise sur trois mois, sans risques. Il trouve rapidement preneur, et miracle, il tient ses promesses. Les clients affluent, et Ponzi encaisse un million de dollars par semaine.

Six mois plus tard, tout s’effondre.

Ponzi n’est pas un magicien. C’est un fraudeur, et son miracle un tour de passe-passe.

Le système est simple : rémunérer les anciens clients avec l’argent des nouveaux. L’escroc semblant tenir ses promesses, de nouveaux investisseurs accourent, permettant au système de tenir. Vous l’aurez compris, un tel système ne fonctionne que si le flux de nouveaux entrants est constant, et croissant. Comme une pyramide, l’étage du bas doit être plus large pour soutenir l’étage du haut. 

Cependant, inévitablement, quelque chose arrive : méfiance, éclatement de la bulle, mauvaise conjoncture économique, manque de nouveaux investisseurs… la pyramide s’écroule, ruinant tous ceux qui n’ont pu retirer leur argent à temps.

Le montage de Ponzi fonctionne six mois avant que la bulle n’éclate, ruinant deux tiers des clients de Ponzi. De 1960, Bernard Madoff construit un schéma similaire, qui lui dure 40 ans. Cependant, en 2008, les investisseurs affolés tentent de retirer leur investissement… et réalisent que les caisses sont vides.

Depuis l’avènement de l’Etat-Providence, les Etats européens ont trouvé un excellent moyen de garantir une rémunération aux anciens incapables de travailler : les rémunérer avec l’argent des plus jeunes, par un système plus ou moins complexe de cotisations salariales.

Pendant un demi-siècle, nourrit par le baby boom et les 30 glorieuses, le système tiens. La natalité forte permet à la pyramide de se maintenir. Cependant, l’espérance de vie s’allonge ; la natalité est en berne ; le chômage monte. Moins de jeunes cotisent alors que les séniors vivent plus longtemps.

Les anciens clients se retirent plus tard de la pyramide, alors que le nombre de nouveaux se réduit.

La pyramide va s’effondrer inévitablement, ruinant tous ceux ayant contribué au système. 

Nos gouvernements le savent, et depuis les dernières décennies s’efforcent de maintenir le système de diverses manières : rallonger l’âge de départ à la retraite en France, ouvrir ses portes à une main d’œuvre immigrée plus jeune en Allemagne, pour toujours garantir que la base de la pyramide soit plus large que le sommet.

Malgré ces tentatives, cependant, les premières crises sur la question outre Atlantique [1] nous montrent qu’il ne s’agit que d’une fuite en avant. La plupart des jeunes, aujourd’hui, ont conscience qu’ils ne toucheront pas de retraite.

La pyramide de Madoff a tenu 40 ans, certes. Mais l’histoire nous montre que ce système pyramide n’est pas éternel. Inévitablement, il s’effondre. Le problème n’est pas le tarissement de nouveaux arrivants.

Le problème est la pyramide elle-même.

Il est encore temps de penser à une transition. Au Japon, où le problème atteint un point critique, des modèles sont déjà à l’essai pour soutenir les séniors par des monnaires complémentaires, permettant de financer des services à la personne. Ce système, le Fureai Kippu [2], consiste à échanger des unités de temps contre rémunération pour créer des services d’aide aux personnes âgées. Et il fonctionne. 

Réflechissons à un nouveau système de répartition plus performant, plutôt que tenter de sauver un système, qui, par sa nature même, ne peut que s’écrouler.

Maxime Durand, Wise Holding

Venez nous rejoindre !

https://www.eventbrite.com/e/extrapreneurs-for-young-talent-afterwork-tickets-37384961426

[1] https://www.lesechos.fr/18/05/2017/lesechos.fr/0212105818247_fonds-de-pension—la-nouvelle-crise-qui-menace-les-etats-unis.htm

[2] https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/igpde-editions-publications/revuesGestionPublique/IGPDE_Reactive_Japon_mai_2015.pdf

Vous êtes intéressés par ce thème ou par d’autres enjeux sociétaux ? Venez à notre afterwork le mercredi 27 septembre 2017 !

Print Friendly