Pré-seniors, seniors et changement de société

Vous savez tous que le monde occidental entre dans une période jamais vue dans l’histoire. Bientôt 35 à 40% de la population sera retraitée, à la charge du reste de la population. Et cela va durer plusieurs décennies.

J’ai osé espérer – en créant les projets Gener-Action Europe et Generaxion Bruxelles – que la génération de baby-boomers et la génération X serait disposée à travailler ensemble sur les conditions qui feront que la génération de nos enfants puissent:

– profiter à pleines dents des connaissances, sagesses, réseaux;

– la rencontre avec les seniors de demain mène à une contribution au projet de société plutôt qu’une charge;

– que les talents des seniors de demain puissent émerger réellement, pour leur plus grand bien à eux, et pour le bien des générations futures.

A ma grande surprise, je constate – alors que les générations futures dans les pays BRIC et émergents comme la Turquie s’organisent, entreprennent, créent de la valeur de rencontre – que les éléments et attitudes de base dans nos sociétés soi-disant “civilisées” manquent cruellement:

– les entreprises et think tanks n’osent pas aborder le sujet de front car il est “tabou” – vieillir fait peur…

– les générations X et baby-boomers ne veulent (en majorité) pas se remettre en question, s’ouvrir, réfléchir ensemble;

– leurs cerveaux sont rouillés, peu créatifs, ils ont peur de l’avenir, peur de perdre les acquis;

– que dans les entreprises, ce sont eux qui bloquent l’évolution, et tuent la magie des générations Y et Z montantes, en les asservissant à un système patriarcal et autoritaire – à espérer qu’ils prennent leur pension rapidement afin de laisser la place aux organisations agiles, créatives et adaptables, gérées par les générations Y;

– nombreux d’entre veux sont en dépression larvée, sur-stressés, anxieux, ce qui provoque une forme de status-quo et de névrose pathologique sociétale;

– qu’ils sont dans un jugement limitant par rapport aux générations futures – voir ne savent même pas ce qui s’y vit;

– qu’ils sont égoïstes, égocentriques, parano pour certains, esseulés;

– et/ou ils sont carrément mis au rencart du monde professionnel, ou du monde tout court.

Cela n’a pas l’air de déranger qui que ce soit.

Je suis perplexe face aux défis que cela va poser.

D’accord, je grossis le trait – mais à peine. Il y a des contre-exemples extraordinaires heureusement !

Je comprends mieux cet état de fait car les neurosciences expliquent très simplement que le cerveau limbique, une fois programmé, devient rigide voir atrophié.

Après avoir jeté le pavé dans la mare avec ce coup de gueule, quelles seraient les solutions durables à cet état de fait ?

Pour les pays BRIC et émergents, cela sera un avantage colossal, car ils vont nous dépasser en moins d’une génération. Les pays occidentaux – pour la plupart en récession pour quelques années – deviendront une sorte de musée à peine vivant, destination de visites pour les jeunes professionnels turcs, chinois, indiens ou brésiliens, qui ramasseront par terre ce qui reste de valeur.

Et pour nous – que faire ?

A bout de souffle et à court d’idées, je me suis référé aux spirituels, chamanes, prophètes et autres sages. Ils disent tous la même chose: “l’ouverture et l’intelligence du coeur“. Mais cela veut dire quoi?

La rencontre véritable

Voir la valeur derrières les apparences, là où elle est réellement

Apprendre des différences

S’ouvrir à son ressenti profond et à son intuition naturelle

Remplir son coeur de joie, et la partager ensuite

S’ouvrir au bien commun

Se reconnecter à son corps, à la terre

Laisser le mental en paix et sortir de l’ego, de la peur

Je suis convaincu que les problèmes du moment pourraient y trouver des débuts de réponse.

Ré-apprenons à aimer: à s’aimer soi, aimer la vie, aimer son travail, aimer les gens.

Ces valeurs, nous les vivons à chaque atelier – à chaque forum c’est la même magie.

J’ai envie de continuer à amener de l’amour et de la Lumière, mais je suis fatigué.

Je vous aime – merci d’exister, chacun avec votre magie personnelle !

Michel de Kemmeter

 

C’est par son manque de gratitude et son manque d’amour que l’être humain a été coupé de la Source Divine.

Print Friendly