Stress et Burn-out à Davos

Celui des participants ?
Peut-être…
Mais certainement celui des gens qui travaillent dans des environnements professionnels “rapides”. En quelque sorte, tout le monde !
Heinz Schüpbach
À l’avenir, le plus grand défi pour le système de santé mondial sera celui de ces maladies (les pathologies du stress)», a déclaré Heinz Schüpbach (photo), directeur de l’école de psychologie appliquée à l’Université suisse du Nord-Ouest, lors du récent Forum économique mondial de Davos (Suisse).

Le “burn-out” professionnel

Étant donné que l’épuisement professionnel n’est pas une maladie «officielle», les statistiques exactes sont difficiles à établir, selon Toni Brühlamm, expert suisse de ce trouble psychologique, qui exerce à la clinique d’Hohenegg.

L’épuisement professionnel «devient de plus en plus fréquent. Je peux le constater par rapport aux patients que je vois et d’après ce que mes collègues me rapportent».

Effets délétères de la crise financière

Sujet majeur lors de cette 41e édition du “Wef” (Forum économique mondial), la crise financière a contribué à augmenter les niveaux de stress, avec des employés qui sont réticents à prendre des jours de récupération, même quand ils sont malades, de peur d’être licenciés.

«C’est un nouveau phénomène. Nous sommes passés de l’absentéisme au “présentéisme“. Ils vont au travail même s’ils devraient rester à la maison parce qu’ils sont malades», a dit Heinz Schüpbach.

«Nous ne sommes jamais satisfaits de ce que nous faisons. Nous devons faire les choses plus vite et mieux

«L’économie influe trop sur la société. La performance, l’argent, tous ces facteurs ont pris trop d’importance. Il y a tout simplement trop d’insistance sur les profits, l’argent. Ce n’est simplement pas sain», a estimé de son côté Toni Brühlamm.

«Les délais doivent être tenus et l’endroit où vous effectuez votre travail n’a même plus d’importance. Avant, j’avais l’habitude de revenir à la maison à 17h et, si mon travail n’était pas fait, ce n’était pas un problème. Maintenant, on doit travailler 24 heures sur 24», a déploré H. Schüpbach.

(Source : World Economic Forum, Davos 2011)

Les maladies dites “mentales” comme le stress, le burnout et la dépression touchent les professionnels de plus en plus jeunes.

Le corps médical en souffre eux-même en particulier – un comble.

Nous (www.uhdr.net) avons formé 15% de tous les généralistes en Belgique, FR et NL confondus, de La Panne à Arlon, et le constat est alarmant:

– Les médecins souffrent du stress

– Ils ne sont pas formés pour éduquer le public à la gestion du stress, ni de motiver les patients à se prendre en main. Ils ne sont formés qu’au diagnostic physique, pas à l’émotionnel et à la motivation-responsabilisation.

– Ils en conviennent que plus de 90% des visites médicales ont le stress comme cause.

Un chantier important en vue !

Michel de Kemmeter

LE COÛT DU STRESS

 

Europe

Pour les 15 États membres de la communauté, le coût lié au stress est estimé à 20 milliards d’euros par an, soit 10% du montant de l’enveloppe globale allouée à l’ensemble des soins santé.

Le stress était responsable de 50 à 60% des journées de travail perdu.

Source : « Vaincre l’épuisement professionnel » Dr P.Mesters et Suzanne Peters

 

France

Les chiffres estiment pour la France le coût du stress à 45 milliards d’Euros, dans le cadre plus large des problèmes de santé mentale au travail.

Source : Burn-out, quand le travail rend malade – Dr. François Baumann

En 2000, 220 500 à 335 000 personnes ont été touchées par une maladie cardio-vasculaire, musculo-squelettale, dépression, ceci, consécutif au stress professionnel.

Le coût social en découlant serait de l’ordre de 830 à 1656 millions d’euros, soit 10 à 20% des dépenses de la branche accident de travail et maladies professionnelles de la Sécurité Sociale.

Source : « Vaincre l’épuisement professionnel » Dr P.Mesters et Suzanne Peters

Suisse

Le coût du stress d’origine professionnel est évalué à 16 milliards d’euros en 2000.

Source : « Vaincre l’épuisement professionnel » Dr P.Mesters et Suzanne Peters

 

Grande Bretagne

En 2003, le stress est tenu pour responsable de 40% des jours d’absence. La facture annuelle s’élève à 3,7 milliards de livres sterling.

Source : « Vaincre l’épuisement professionnel » Dr P.Mesters et Suzanne Peters

Canada

40% des demandes d’invalidité à long terme correspondent au stress et aux problèmes de santé mentale.

Le stress est responsable de 40% du renouvellement du personnel.

Les absences liées aux maladies mentales, dont le stress, ont coûté 16 milliards de dollars en 2002-2003 aux entreprises canadiennes.

Source : « Vaincre l’épuisement professionnel » Dr P.Mesters et Suzanne Peters

Print Friendly