2019 – Une année historique

Par Michel de Kemmeter

Je me souvenais quand j’étais petit, j’allais à la messe le dimanche. Ce que j’y entendais était bienveillant, positif, beau. Et le lundi, on devait sortir les griffes, devenir méchants cyniques, se défendre, dans un monde conditionné par la peur… jusqu’au dimanche d’après. Petit à petit, en 50 ans, les valeurs humaines universelles – enseignées dans toutes les religions et morales, viennent rejoindre un monde exsangue de tout cet égoïsme animal et cannibal. Ce monde de dépendance à un chef, un leader, un produit qui devrait nous rendre enfin heureux, construit sur les apparences, est entrain de muter vers un monde où chacun va amener le meilleur de lui-même, en autonomie, en puissance. Et du coup, les organisations deviendront agiles, les valeurs deviendront des conditions de succès, les traumas seront guéris et les peurs seront rassurées par un acte de foi individuel – puis collectif – en ce “Quelque-chose” qui nous relie tous et nous traverse tous avec une puissance tellement plus grande que nos petits égos. Comme si un banc de poissons se rendaient compte, tout à coup, qu’ils baignent dans l’eau.

Tous.

Ce moment est proche.

Les signaux sont très nombreux, et convergent depuis début 2019 :

  • La planète terre arrive à un point de rupture. Elle fait de la fièvre.
  • Les citoyens ont perdu confiance en leurs dirigeants politiques et professionnels
  • Les dirigeants sont perdus face à l’ampleur et la complexité des enjeux
  • Les guerres se font sur l’information, l’espionnage, le contrôle désespéré par la technologie
  • Le légal vient gripper l’esprit d’entreprise et d’innovation
  • Les investisseurs sont stratifiés par la peur de perdre
  • La population s’accroche à ce qui leur reste de certitudes, en sentant bien que tout ceci leur échappera tôt ou tard
  • Des démissions collectives de leur travail, de pans entiers de personnes, jeunes et moins jeunes, pour une multitude de raisons – des entreprises doivent fermer leur portes car ne trouvent plus assez de personnel qualifié et docile
  • Le politique partisan et le religieux dogmatique ne fait plus recette face à une population nettement mieux informée, et plus consciente
  • Les névroses se transforment en pathologie. Les pathologies se transforment en détresses. Les détresses en maladies. Les maladies réveillent et font shifter – ou tuent.

Dès lors, comme “les pôles ont shifté,” les paradigmes aussi, les comportements devraient suivre. Les business modèles aussi. Les solutions ne seront plus comme avant. Elles seront collaboratives, systémiques, “multi-”, et ancrées dans la raison d’être profonde de chaque acteur et chaque ressource.

L’entrepreneuriat qui réalisera cela ne sera plus jamais le même. Non plus poussés par une névrose – l’entrepreneur – ou plutôt, les coalitions d’entrepreneurs seront lucides, visionnaires, courageux, maillés avec écosystèmes de partie prenantes, seront poussés par la recherche de sens et par le désir d’apporter de vraies solutions au monde. Laisser un héritage fort, des valeurs et des solutions vraiment durables. Cela ne se fera plus dans l’urgence, mais de façon posée, dans des espaces créées à cet effet, où tout sera construit sur des bases nouvelles. Et en premier, les attitudes et dynamiques humaines.